Participation d`une délégation Memur-Sen au 11e Congrès Ordinaire de l`OUSA à Bamako (Mali)

Participation d'une délégation Memur-Sen au 11e Congrès Ordinaire de l'OUSA à Bamako (Mali)

25 Nisan 2017, Salı

Ali Yalçin, Président de la confédération Memur-Sen, invité à prononcer un discours à l'occasion du 11 ème congrès ordinaire de l'OUSA qui s'est tenu à Bamako au Mali, a rappelé conformément aux engagements pris par toutes les parties signataires de "Déclaration d'Istanbul", la nécessité de créer une institution spécialisée de l'OCI sur les questions ayant trait au monde du travail.

Une délégation de la confédération Memur-Sen, menée par son président, Ali Yalçın, composée notamment de son président adjoint, Haci Bayram Tonbul, s’est rendue à Bamako au Mali du 2 au 4 mars afin de participer aux travaux du 11ème Congrès Ordinaire de l’Organisation de l’Unité Syndicale Africaine.

Lors de son allocution, Ali Yalçin s’est exprimé en ces termes: "C’est un immense plaisir pour moi d’assister, avec vous, aux travaux du 11ème congrès ordianire de l’OUSA, et je voudrais à cette occasion exprimer mes vifs remerciements pour l’aimable invitation de l’OUSA, pour l’hospitalité et l’accueil chaleureux qui ont été réservés à notre délégation ainsi que pour la parfaite organisation des travaux de cette session. Notre réunion d’aujourd’hui se tient dans un contexte international caractérisé par des défis énormes de développement et de lutte contre l’exclusion et la précarité. Le monde est mis à l’essai par le sang et les larmes, les injustices menacent de s’institutionnaliser. La violence des organisations «terroristes» aussi féroce soit-elle, est insignifiante comparée à la terreur que l'impérialisme excerce sur les peuples qui refusent de se soumettre à sa domination. Nous vivons dans un monde qui évolue et qui se globalise de façon incessante; un monde en mutation, qui nous interpelle tous et nous invite à plus d’efforts et d’engagement pour conduire et accompagner le changement et répondre aux attentes et aux aspirations de nos populations. Les chiffres sont accablants: le nombre d'orphelins dans le monde dépasse les 150 millions. Au plan mondial, l'extrême pauvreté touche 836 millions de personnes et 2,9 milliards de personnes vivent avec moins de 2 dollars par jour. Comble de l'aberration, les 62 plus grandes fortunes possèdent autant que 3,6 milliards de personnes d’individus sur la planète. Nous ne pouvons passer sous silence tant d’inustices, de mépris et de cynismedevoir moral oblige!", a-t-il dit.  

Au terme de son allocution, en référence au Symposium International intitulé ‘Le Syndicalisme dans le Monde Musulman’, organisé à Istanbul les 13 et 14 Octobre 2016 en partenariat avec le SESRIC et la confédération Memur-Sen, Ali Yalçin a déclaré: “ 80 confédérations syndicales réparties sur 58 pays ont apposé leur signature au bas de la Déclaration d'Istanbul. Les Nations Unies, l'Union Africaine ou encore la Ligue Arabe sont dotées d’institutions spécialisées ayant trait au monde du travail. La création d'une institution spécialisée de l'OCI sur les questions liées au monde du travail doit voir le jour. Cela facilitera grandement le travail de l'OIT, de l’OUSA ou encore de la CISA”, a-t-il ajouté.  

Cette réunion de l’Organisation de l’Unité Syndicale Africaine suscite beaucoup d'espoir. Les sujets abordés à l'ordre du jour sont très importants. Il est gratifiant de se trouver aux côtés de dirigeants conscients. Nous devons absolument protéger cette organisation, voire même élargir son champ d’action et ses prérogatives. Tous mes meilleurs voeux de réussite aux membres du Comité Exécutif de l’OUSA que je félicite chaleureusement pour leur indéfectible implication.", a-t-il dit.

 

 


"/>